Musique : Blurryface, Twenty One Pilots

Blurryface_album_coverÉcrit par Yannick Bissonnette

Rock, rap, reggae et pop, le duo multi genre Twenty One Pilots nous offre depuis mai 2015 le successeur de Vessel, leur premier opus sous Fuled by Ramen. Acclamés par la critique en 2013 pour son originalité et sa passion avec Vessel, Tyler Joseph(chanteur,pianiste) et Josh Dun(batteur) avaient fort à faire afin de reproduire un album quasi sans faute.

Ils nous arrivent donc depuis peu avec Blurryface, un album concept personnalisant le côté insécure de Tyler Joseph. Cette histoire nous permet de vivre avec le chanteur sa bataille avec son côté obscur du nom de Blurryface, cette insécurité qui nous empêche d’avancer et de risquer dans la vie, celle qui nous fige a l’idée de focaliser sur ce que les autres pensent de nous.

Je vous offre donc ici un résumé de mes trois morceaux marquant ainsi que mon avis global sur l’album.

L’album commence avec Heavydirtysoul, un morceau efficace qui nous reste dans la tête. Tyler Joseph nous raconte sa peur de la mort de façon métaphorique « Death inspires me like a dog inspires a rabbit ». Définitivement l’une des pièces marquantes de cet album.

Suivi par Stressed Out, c’est l’entrée de Blurryface. On nous raconte comment a l’adolescence cette personnalité peut nous envahir et nous rendre nostalgiques de notre d’enfance. « Wish we could turn back time, to the good old days. When our momma sang us to sleep but now we’re stressed out »

Une forte influence à la Gym Class Heroes.

L’album fini avec Goner, pièce unique et très émotionnelle. C’est sans l’ombre d’un doute celle où on ressent le plus l’urgence provoquée par Blurryface de faire le ménage et de le combattre. « I’ve got two faces Blurry’s the one I’m not »

Le protagoniste prend définitivement position devant son insécurité et nous plonge avec lui dans cette lutte ou chacun d’entre nous peut s’identifier à un point ou un autre.

Autres morceaux marquant: Lane Boy, Message Man et Polarize

Côté son, la production de l’album est excellente. Les voix sont mieux mixées que sur Vessel et aucun instrument ne se perd dans les peaks des chansons. Par contre on regrettera un peu les traces « Raw » de Vessel, car on a affaire à une production plus populaire, compressée et ronde.

En sommes, Blurryface est un excellent album afin de rendre le groupe plus accessible et il y a un effort remarqué dans les paroles, ce qu’on est plus habitué d’entendre dans le marché populaire d’aujourd’hui. Par contre Vessel reste pour moi leur meilleure production a ce jour, leur plus original du moins.

8/10

C’est à noter que Twenty One Pilots sera de passage à Osheaga le 31 juillet, c’est à ne pas manquer. Tant le band est bon sur CD, c’est avec leurs prestations live énergiques qu’ils ont fait leur renommée mondiale.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s