Films : Le Mirage

1010679-mirage-afficheÉcrit par Jonathan Travers

Ce film est l’histoire de Patrick, propriétaire d’un magasin de sport qui doit gérer son magasin, ses enfants, son argent, le « burn out » de sa blonde et surtout, ses pulsions sexuelles. Avec les hauts et le bas de sa conjointe, le sexe est de moins en moins présent et excitant. C’est là, le problème de Patrick. Pourrait-il survivre sans relation sexuelle?

Le mirage c’est aussi le cinquième film du réalisateur Ricardo Trogi (derrière les films 1981 et 1987). Le scénario est écrit par Louis Morisette, qui est aussi l’acteur principal de film (Patrick) et François Avard, l’homme derrière Caméra Café et 3 x rien. On avait donc de bonnes chances d’avoir un bon film sous les yeux…

Et c’est ce qu’on a. Un bon film québécois avec du contenu. Pas juste une petite comédie passive plate dont on se souviendra plus dans 5 ans. Le film commence avec de l’humour, des mises en situation et des drôles de moments pour ensuite plonger dans un univers beaucoup plus « dark » et beaucoup plus sérieuse. À la fin du long métrage, des questions s’entrecroisent dans notre tête. Quelles questions? Tout dépend de l’âge qu’on a et de notre vécu.

20150515-113936-g

Le film est une critique sur la vie. La vraie vie. Qu’est que la vraie vie?  Une grosse maison, grosses bagnoles, avoir ce que le voisin a et s’endetter? Avoir des enfants? Vivre le « rêve américain » ? Le mirage est aussi une critique de la bourgeoisie moderne. Des riches qui ne sont jamais capables d’arrêter de se contenter de peu, les riches qui consomment jusqu’à plus pouvoir consommer. Des liens avec la pornographie sont très présents. Avoir toujours plus, ne pas être content de ce qu’on a… vous voyez le genre.

Trogi réussit à faire bouger sa caméra d’une manière impeccable pour capter tous les éléments importants lors des grandes scènes. Il fait aussi des trucs intéressants au montage. Je n’en dis pas plus, à vous de voir le tout au cinéma.

Louis Morissette livre une très bonne performance dans ce film. Très impressionnant. Même chose pour Julie Perreault et Christine Beaulieu. Patrice Robitaille semble un peu jouer le même personnage que dans « Les beaux malaises » … Malaise.

Un très bon film qui va, sans doute, être en nomination aux Jutras. Il pourrait surement gagner beaucoup des trophées aussi, ça reste à voir.

7.5/10

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s