Livres : Éparpillé, Benoit Roberge

eparpille_1024x1024Écrit par Alex-Sandra Morissette

ROBERGE, Benoit. Éparpillé. Éditions Les Malins, 2010, 196 pages

Éparpillé raconte la vie et les amours de Louis De Gonzague, trentenaire désabusé particulièrement malhabile avec les femmes qui constituent pourtant ses plus grandes préoccupations. Sorte d’adulescent, le protagoniste nous raconte de la banalité de sa vie avec ses amis et sa famille dysfonctionnels, ses flirts peu concluant et surtout de sa quête pour retrouver une belle serveuse aperçue quelques instants.

Le style d’écriture de l’auteur, Benoit Roberge, est intéressant, plus intéressant que les banalités que Roberge a l’habitude de nous offrir dans ses nombreuses émissions diffusées en boucle sur la chaîne Évasion. Son style est mordant, empreint d’humour, utilisant des clichés pour mieux les déconstruire juste après. Roberge n’a pas peur de choquer, il fait beaucoup de blague à caractère sexuel ce qui donne une personnalité originale à son personnage qui semble très naturel, très vrai. Malheureusement, l’excès tue le plaisir et le personnage de Louis finit par ressembler à une sorte de pervers narcissique, mais qui sait, peut-être est-il le fier représentant des hommes de sa génération et peut-être qu’ils sont plus nombreux qu’on pense à penser au sexe à tous les chapitres d’un roman…

Louis de Gonzague n’a pas la prétention et la bienséance de la majorité des personnages fictifs. C’est un homme conscient de ses défauts et qui ne tente pas de les cacher. Par contre, certaines contradictions dans la construction du personnage, notamment par son caractère d’écrivain manqué, sont plus difficiles à accepter rationnellement. Les chapitres sont courts et dynamiques, mais peut-être que le roman est trop long et que certaines parties auraient gagnées à être allégé. Je dois avouer que j’ai écorné certaines pages de mon roman pour marquer plusieurs bons coups de l’auteur qui offre réellement des petits bijoux de réflexion ou de bons esprits. Malheureusement, malgré ces qualités qui captent l’attention du lecteur, les bons points ne suffisent pas à rendre le récit intéressant, puisque la situation et le personnage n’évoluent pas. Rapidement, l’absence d’intérêt pour l’avenir du protagoniste devient de plus en plus omniprésente et il est difficile de maintenir l’enthousiasme nécessaire pour terminer le roman. Malgré tout, le roman peut probablement être intéressant pour les hommes de la génération de Roberge, et les plus jeunes, qui s’y retrouveront peut-être plus.

P.S. : Merci à Rubarbe pour l’opportunité de lecture. Très beau projet !

5/10

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s