Musique : Gesamtkunstwerk, Dead Obies

deadobiesÉcrit par Naomie Gelper

Les Dead Obies sont de retour avec un album comportant 15 nouvelles chansons pour une durée de près d’une heure et demie de rap québécois. Le 4 mars dernier, plusieurs admirateurs ont pu enfin entendre Gesamtkunstwerk (oeuvre d’art totale en Allemand). La barre était haute avec Montréal $ud qui montrait quelque chose de nouveau et vif. La production de VNCE et les textes entraînants et intenses de nos cinq Dead-O préférés impressionnent avec un album différent, mais tout aussi éloquent.

Les boys changent un peu leur son pour quelque chose de plus accessible notamment avec une production plus épurée et de nouveaux arrangements. Même si on les reconnaît dans la plupart des couplets, c’est les refrains qui diffèrent avec des musiciens live, des choristes, de l’auto-tune et plusieurs parties chantées.

Malgré tout, on apprécie la particularité des Dead Obies, leurs cinq voix différentes et leur énergie contagieuse. Les rimes créatives des deux langues (Français et Anglais) pour lesquelles ils ont été critiqués auparavant sont vraiment l’originalité du groupe. Cette liberté linguistique de notre petit bout de pays, le Québec, devrait être célébrée comme le font nos rappeurs. Montréal est d’ailleurs un thème toujours aussi présent.

Le travail de VNCE a aussi à être souligné pour la musique et la conciliation des enregistrements live sur trois soirs. Cette singularité rend le tout vivant et authentique. Comme dans le dernier album, on retrouve dans celui-ci des transitions entre les chansons. Cette fois-ci, ce sont des extraits audio de fans interrogés lors des trois spectacles au Centre phi.

DeadObies_Launch_001

C’est un album qui se savoure, plus on l’écoute, plus on l’aime et c’est ce qu’on apprécie des Dead Obies. On ne peut les comprendre du premier coup, il faut déguster la totalité des chansons et des textes. C’est à l’auditeur de voir plus loin et à décoder les messages exprimés.

A-t-on affaire à une oeuvre d’art totale? Le débat est lancé, mais il est sûr qu’entre la musique, les textes, la portée symbolique, les performances des enregistrements live et leur documentaire, on s’en approche. Il est clair que tous ces médiums artistiques se complètent, puis définissent Gesamtkunstwerk et tout ce qu’il défend.

7.5/10

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s